logo-mini

Milton Glaser

Art is work

Graphiste, designer, artiste, Milton Glaser a créé l’agence Push Pin en 1954 à New York. Connu pour avoir créé le logo le plus célèbre et le plus repris dans le monde, il a consacré sa vie à son art : créer, par le dessin, pour capter le réel, communiquer et provoquer l’attention.   

Vous connaissez Milton Glaser. Par coeur, si l’on peut dire. C’est lui qui a dessiné le célébrissime « I ♥ New York », dont le croquis est exposé au MoMA. Surprenant succès que celui de ce logo fait en 1975, probablement le plus connu du monde. Milton Glaser lui-même ne se l’explique pas, le qualifiant de miracle. Pour l’anecdote, il ne touche aucun droit sur l’utilisation qui en est faite aujourd’hui. Il se dit juste heureux de le voir partout. Ce visuel n’est après tout qu’une infime partie de son travail. Un travail riche, varié, moderne et populaire. Celui d’un homme qui a littéralement voué sa vie à son art. Et la vision qu’il en propose, avec le recul des années – il aura 86 ans le 26 juin 2015 – est incroyablement profonde.

Le logo mondialement connu, créé par Milton Glaser

Graphiste, designer, illustrateur, peu lui importe le qualificatif. L’important, explique Milton Glaser*, c’est de faire. L’activité créative n’a de valeur que si elle permet de matérialiser une idée. L’artiste doit permettre de comprendre le monde, de capturer le réel tel qu’il le comprend pour le communiquer, et provoquer l’attention. Pour cela, estime-t-il, rien de mieux que le dessin. Il est son mode d’expression. L’outil fondamental, le chemin le plus directe de l’esprit à la main, le moyen le plus sûr de traduire ce qu’il observe.

A 8 ans, il a commencé par dessiner des nus qu’il revendait un penny l’exemplaire à ses camarades de classe. Il n’a depuis eu de cesse de peaufiner son geste. Au fil des ans, dit-il, le souci du style s’est estompé pour aller vers plus de clarté et d’efficacité.

Milton Glaser ne s’arrêtera jamais de travailler. Il déclare même que l’idée de mourir à son bureau lui est agréable. « Art is work », a-t-il fait inscrire au fronton de son agence. Une manière de rejeter l’image de l’artiste torturé, qu’il déteste. « Il n’y a pas de souffrance dans la création. Il n’y a que du plaisir. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de difficultés. Il y a des difficultés dans tout. Ce n’est rien d’autre que la vie. Je dis toujours que rien ne surpasse le privilège de créer des choses, de dévouer sa vie à la création** ». Galvanisant.

*Dans une interview donnée le 23 avril 2012 pour le site Big Think (voir aussi plus bas)
** Propos repris d’une interview donnée en avril 2014 au site hyperallergic.com

Le studio Push Pin

Milton Glaser a débuté sa carrière en 1954, en fondant avec Reynold Ruffins, Seymour Chwast et Edward Sorel l’agence Push Pin à New York. Cassant les codes de l’époque en matière de graphisme et de design, il imposa un style plus narratif, bourré de références historiques, alliant illustration et typographies anciennes. Jusqu’au milieu des années 70, l’agence exerça une influence considérable dans le secteur de la publicité et des médias print.

Milton Glaser (debout, au centre, avec sa cravate club) et l’équipe de Push Pin.

 

Les sources d’inspiration du graphiste sont précises. Il évoque la renaissance italienne avec Piero della Francesca, l’art nouveau, et plus précisément la sécession viennoise, ainsi que le modernisme américain. Morandi et Picasso sont les deux pôles entre lesquels, explique-t-il, il n’a cessé de balancer.

Ses nombreuses créations incluent des logos – « DC Comics », « Brooklyn Brewery » – des pochettes d’album – Bob Dylan, Greatest Hits 1967, Nina Simone – des affiches, la dernière en date étant celle réalisée pour la dernière saison de la série Mad Men. Il a également co-fondé New York Magazine, dont il a été directeur artistique.

 

texte: nicolas-yves chrislaire – photos: Milton Glaser Studio / Mickael Somoroff – 2012
www.miltonglaser.com

Partager